gold silver
mailing paying

Inscription
mailing gratuit

home

Perspectives : pétrole, eau et agriculture

Depuis 12 ans, il existe des tendances évidentes qui m’ont permis d’être très optimiste sur le prix du pétrole et des métaux précieux. Le baril de pétrole est passé de 20 à 100$, l’once d’or de 300 à 1600$ et l’once d’argent de 4$ à 35$ (en moyenne annuelle).
Aujourd’hui, ces tendances demeurent, pour moi, toujours aussi fortes !
La principale, la plus importante, la plus cruciale c’est l’augmentation de la population mondiale.  Nous pourrions aussi ajouter qu’en plus d’augmenter cette population mondiale est plus urbaine, vieillissante, consommatrice d’énergie, de nourriture et de services, à cause, notamment, de l’adoption du mode de vie occidentale.

Ce qui engendre, mécaniquement, trois problèmes majeurs :

            1° Pénurie de pétrole et d’énergie.
Avec une population mondiale qui augmente de façon continue et une offre de pétrole conventionnel à bout de souffle (pic de production), il est probable que des tensions majeures apparaissent sur les approvisionnements dans les prochaines années.
Ces tensions entre l’offre et la demande de pétrole entraîneront inévitablement la hausse du coût marginal et la hausse du prix du baril à long terme. Les poussées de fièvre du prix du baril, comme en juillet 2008, reviendront dans des intervalles de temps de plus en plus réduits.  Cela se répercutera automatiquement sur toutes les autres formes de production d’énergie (le Gaz naturel, le charbon, l’uranium, le prix de l’électricité, le bois, l’éolien, la géothermie de haute énergie, le solaire…).

            2° Pénurie de nourriture.
Une population croissante qui consomme plus de nourriture (modification des habitudes alimentaires), entraînera une augmentation de la demande en matières agricoles (viandes, soja, riz, maïs, blé, légumes, etc).
Mais la diminution des terres arables (désertification, pollution, urbanisation, changement climatique) et l’accès à l’eau limité contribueront à restreindre l’offre à l’échelle mondiale avec la hausse du coût de l’énergie.
La hausse du pétrole pèsera aussi sur les coûts de production d’une agriculture fortement dépendante du pétrole par sa consommation de gazole, d’engrais et de pesticides (pour résumer brièvement).
La production  d’agrocarburants liés directement à la hausse du coût marginal de la production de pétrole sera en concurrence directe avec la production de nourriture.

            3° Pénurie d’eau potable.
Avec l’augmentation de la population, la demande en eau potable va continuer à croître et  l’offre demeurera limitée dans certaines parties du monde. Les changements climatiques, la pollution et le prix de l’énergie accentueront cette tendance.
 
Ces tendances s’alimentent les unes aux autres et créent un effet d’accélération sur d’autres problèmes que peuvent être la pollution, les changements climatiques ou  la sécurité. L’accès aux réserves deviendra vital pour de nombreux états ou compagnies et les tensions augmenteront. Ces nouvelles tensions auront pour origine le contrôle de ces précieuses réserves. Car ces réserves vont devenir insuffisantes face à la demande d’une population de plus en plus importante.

Pour moi, le cœur du problème est la divergence entre l’augmentation de la population mondiale et la stagnation/baisse de l’offre de pétrole conventionnel. C’est ce que l’on appelle une tendance manifeste.
Il ne faut jamais s’y opposer !

Voila pourquoi en 2013, comme en 2001, j’ai l’intention de continuer à suivre sur mes deux mailing (gratuit et payant) uniquement ces tendances et plus particulièrement le pétrole conventionnel.

            Dr Thomas Chaize

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

raw material
other
mailing free
dani2989 logo